Aller au contenu

Notre bibliothèque

Comment remobiliser ses collaborateurs après le Covid-19 ? – Opération Reboost

De commandants à dirigeant, Le podcast de le remontée en puissance post confinement

Si la crise sanitaire de la Covid 19 semble être déjà loin derrière nous, ses conséquences économiques et sociales se feront probablement le plus ressentir après l’été, à l’heure de la rentrée quand, passées les aides étatiques, les impératifs de trésorerie se feront plus pressants que jamais. Le 28 mai, l’Insee estimait une chute de 20% du PIB pour ce deuxième trimestre et selon l’assureur-crédit Coface, le nombre de faillite devrait augmenter de 21% en France d’ici à fin 2021.

Pour les entreprises, l’enjeu de la reprise sera vital et leur capacité à faire preuve de résilience, c’est à dire leur capacité à surmonter l’arrêt économique et bien souvent humain pour en sortir encore plus fortes collectivement, décidera probablement de leur survie.
Les défis seront nombreux :

  • Dans l’immédiat, comment surmonter le traumatisme du temps qui s’arrête et de l’espace de travail réduit bien souvent à l’habitat ? Comment recréer l’esprit d’équipage avec un corps social fragilisé, disparate et dispersé géographiquement, alors que plus de 60% des cadres dirigeants déclarent dans une enquête de l’ifop parue en juin que leur entreprise a réduit sa masse salariale, de façon temporaire ou durable ?
  • Comment, une fois le corps social soigné, effectue-t-on sa remobilisation ? Car seuls les bosons de l’entreprise, ses particules élémentaires, seront ensuite en mesure de porter la reprise de l’activité, d’assurer la pérennité des organisations. Point positif, 87% des collaborateurs français se disent prêts à fournir des efforts supplémentaires au regard du contexte selon une enquête de The Boson Project. Encore faut-il savoir les enrôler dans ce défi de reprise…
  • Enfin, comment capitaliser sur tous les enseignements de gestion, de management et de gouvernance qu’a apportés la crise pour ancrer sur le temps long l’agilité et la résilience des organisations ? 

Nous avons rencontré les experts de la remontée en puissance depuis la nuit des temps : les militaires, et en particulier les marins, formés et forgés par une mer qui sera toujours plus forte qu’eux.

  • Ceux dont la gestion de crise et de l’inattendu fait partie du quotidien ;
  • Ceux qui doivent mobiliser des hommes qui ont la mort en hypothèse de travail ;
  • Ceux qui font de l’agilité, du leadership et de l’abnégation des soft skills incontournables ;
  • Ceux qui savent que la réussite d’une opération difficile tient avant tout de l’excellence collective.

Opération Reboost est un podcast produit par The Boson Project avec La Marine nationale en exclusivité pour La Tribune.

ÉPISODE 1 – CHRISTOPHE PRAZUCK

« Chaque marin compte. »

Pour ce premier épisode, Emmanuelle Duez reçoit l’Amiral Prazuck, Chef d’état-major de la Marine nationale.


Donner du sens en mer comme sur terre, aux plus jeunes comme aux plus aguerris, à court terme comme à long terme, pour être capable en temps de paix comme en temps de crise de mener à bien à ses missions… Il appartient au chef de décliner ce sens en objectifs concrets, sans brider l’initiative.
« Chaque marin compte et la Marine compte sur chacun d’entre eux ».
Comment transmettre à chacun le sens de son métier, de sa mission et celle de son équipage ?
L’amiral Prazuck, à la tête d’une organisation de près de 38 000 femmes et hommes, nous partage ses enseignements.

ÉPISODE 2 – CÉCILE DUMONT D’AYOT

“Les hommes sauront toujours vous rendre ce que vous leur avez donné.”

Le Capitaine de Vaisseau Cécile Dumont d’Ayot se confie à Emmanuelle Duez dans ce nouvel épisode d’Opération Reboost. 

Celle qui a fait partie des premières générations de femmes à entrer à l’École navale incarne un management généreux, humble et fraternel.
Faire confiance, cultiver l’autonomie, laisser la place à la prise d’initiative individuelle et collective. Ne jamais perdre de vue qu’il faut former la relève, systématiquement, et considérer qu’il s’agit de l’apanage du commandant de penser toujours à ce qu’il va léguer.
“Les hommes sauront toujours vous rendre ce que vous leur avez donné,” nous confie Cécile dans cet épisode. 

ÉPISODE 3 – Marc-Antoine de Saint Germain

“Un commandement par les pieds”

Aujourd’hui, nous rencontrons le capitaine de vaisseau Marc-Antoine de Saint Germain qui a eu l’honneur de commander le porte-avions Charles de Gaulle, fleuron technologique de la Marine nationale.
Investir avant pour assurer la résilience ensuite ; savoir se débarrasser des process qui engoncent et qui corsettent l’action ; en tant que manager, reporter l’énergie du contrôle et de l’omniscience pour aller vers la pédagogie ; réinvestir l’espace de travail, essentiel pour souder le collectif.

Marc-Antoine de Saint-Germain nous parle aussi d’autodiscipline comme l’appropriation individuelle de l’objectif commun, et de désobéissance comme un échec de la subsidiarité. Il nous partage, dans cet épisode, les grandes lignes de ce qu’il nomme un “commandement par les pieds”.

ÉPISODE 4 – Yvan Launay

“Keep it simple and stupid.”


L’esprit d’équipage infuse cette interview du capitaine de frégate Yvan Launay, commandant de la 11F, prestigieuse flottille de chasse. La meute, la fraternité, le compagnonnage, sont autant de mots qu’il a employés pour définir son quotidien au sein de la Marine nationale.
Un esprit d’équipage qui ne peut avoir lieu sans confiance partagée, sans bienveillance collective, sans courage individuel. Un esprit d’équipage animé par un sens commun.
Pour diffuser à tous les échelons et à tous les niveaux ce sens commun, le pilote de chasse nous parle de la méthode KISS. Keep it simple and stupid, tout simplement.
Du bon sens pour donner du sens, voilà les enseignements du commandant à découvrir dans ce nouvel épisode. 

ÉPISODE 5 – PIERRE DE BRIANÇON

“Ce qui fait la résilience, c’est l’autre.”

Pour ce nouvel épisode, nous sommes allés à la rencontre du Capitaine de Vaisseau Pierre de Briançon, qui a servi, des années durant, au sein des forces spéciales de la marine nationale. 

Parmi ses grandes leçons sur la résilience individuelle, nous retiendrons qu’il ne faut jamais la considérer comme acquise, mais comme une faculté à travailler en permanence ; qu’il faut toute sa vie se prêter à l’exercice de l’imagination pour savoir comment réagir le jour J ; et surtout qu’il faut remonter en selle au plus vite après une chute pour ne pas laisser la peur s’ancrer en nous. 

Ce nageur de combat nous parle également de la force d’un collectif qui se fait confiance, des relais qui s’opèrent au sein d’un équipage pour prendre soin de ceux qui ont perdu pied et pour les rendre opérationnels à nouveau. 

“Ce qui fait la résilience, c’est l’autre” nous dit-il. On vous laisse en découvrir plus. 

ÉPISODE 06 – LAURENT MELCHIOR MARTINEZ

« Du sens véhiculé pour souder avant, du temps pour prendre soin après. »

Laurent-Melchior Martinez est à la fois médecin et marin. 

Chef de service de santé pour la force d’action navale à la tête d’une équipe de 50 médecins et 120 infirmiers, il nous parle dans cet épisode du processus de résilience individuelle et collective. 

Le docteur analyse avec finesse les tenants et aboutissants du concept de résilience usité parfois à tort et à travers, pour finalement revenir sur le cœur même de sa définition : un processus de développement, de réinvention après un traumatisme. 

Pour poursuivre votre lecture sur la même thématique :